Coup de foudre et motoneige

Les yeux de Pascale se mettent à briller d’une lumière toute différente.

On s’est donné rendez-vous dans l’un de nos restos préférés, où nous avons l’habitude de nous mettre à jour sur nos vies, entre copines. Mais aujourd’hui, c’est différent. J’ai reçu la mission de l’interviewer. Heureusement que Pascale est là, car je serais bien en peine de rédiger un billet de blogue sur les plaisirs de la motoneige. Je n’en ai jamais fait. Et même pire, je suis de celles qui, en raquettes, tranquilles, à avancer lentement en silence, sacrent au sujet de ces $@#% &? de motoneiges qui puent et sont bruyantes… Vous voyez le genre?

Bon. Certaine que mon amie va pouvoir m’aider à réaliser cette mission délicate, je commence l’interview. Vroum.

Moi:
« Alors Pascale, comment ça a commencé pour toi, la motoneige? »

Pascale:
« À 30 ans, un mec m’a invité à faire une ride avec lui. Je suis tombée en amour. »

Moi:
« Avec le gars? Ou avec la motoneige? »

Pascale:
« Les deux! Le gars en question, c’est Pierre! C’est depuis ce jour-là qu’on est ensemble. Et on fait de la motoneige tous les week-ends où les conditions de sentiers le permettent. »

(Note au lecteur : vous l’aurez deviné, Pierre, c’est l’amoureux de Pascale.)

Moi (sceptique):
« Mais qu’est-ce que tu aimes tant à pratiquer cette activité? »

Pascale:
« Je suis une solitaire de nature. J’adore partir en plein bois, seule avec mon chum. Avoir accès à une nature sauvage, inaccessible par d’autres moyens. Lorsqu’on s’arrête, juste entendre le bruit de la neige qui fait « scrounche » sous nos bottes. Le vent dans les arbres. Le vol de l’épervier. Je suis au bout du monde. Je me sens tellement bien. »

Moi (interloquée):
 « Ah bon? Mais moi aussi, quand je fais de la raquette, c’est ça qui me fait « tripper »! Pourquoi y aller en moteur? Pourquoi ne pas plutôt faire du sport? »

(Cher lecteur. Attention, c’est ici que Pascale a entrepris de DÉTRUIRE mes préjugés les plus tenaces concernant la motoneige et les motoneigistes.)

Pascale me regarde avec un air moqueur. Elle prend une bonne respiration, se recale sur sa chaise, prend une gorgée d’eau et y va de sa réponse.

Pascale:
« Premièrement, les motoneiges ont beaucoup changé. C’est vrai que les vieux modèles sont bruyants et polluants. Mais on en voit de moins en moins sur les sentiers. Les motoneiges actuelles ont des moteurs 4 temps, donc beaucoup moins bruyants et polluants. Et deuxièmement, il faut que je m’entraine pour pouvoir aller en motoneige. C’est un sport qui demande à être en forme! »

Moi (???!??!?!):

Pascale rit de me voir la face : « Ben oui! Ça prend du tonus musculaire pour absorber les mouvements qu’elle fait sans être déséquilibré. Ce n’est pas comme une balade en auto! Pour diriger l’engin, on utilise le guidon et surtout le poids de son corps. Pour tourner à droite par exemple, on braque le guidon vers la droite et on place le poids de notre corps sur l’intérieur du virage. La conduite d’une motoneige, c’est donc très physique. Il y a le froid aussi. En plus d’être en forme, il faut être vraiment bien équipé. »

J’ai ri intérieurement… Je fais de l’équitation depuis ma tendre enfance. Et combien de fois ai-je eu à expliquer à des gens, qui ne connaissent pas cette activité, qu’il faut être en forme pour monter à cheval, que non, ce n’est pas vrai que c’est juste le cheval qui fait l’effort physique, et que c’est un sport exigeant pour le cavalier aussi. J’ai bien compris comment devait se sentir Pascale face à mon ignorance crasse.

Moi:
« Raconte comment ça se passe pour Pierre et toi quand vous partez en motoneige. Allez-vous dormir ailleurs? Partez-vous longtemps? »

Pascale:
« On fait des aller-retour la journée même. On part de notre chalet à Mandeville. On a un accès direct aux pistes de motoneige, donc on n’a pas besoin d’une remorque. On peut faire 350 à 400 km dans une journée lorsqu’il fait beau. On fait de nombreuses « escales », pour remplir le réservoir d’essence, se réchauffer, casser la croute ou simplement profiter de la nature. »

Escale en motoneige

Une escale

Je vous passe les détails de ses récits : les relais enchanteurs, les rencontres amicales, les « moustaches » des débuts de saison, etc. À l’écouter entre deux bouchées de sashimis, j’ai presque envie qu’un prince m’invite en escapade sur son destrier de métal. Le fait de savoir que ce ne sont pas tous des accros à la vitesse qui ne pensent qu’à faire « vroum vroum » plus fort et plus vite que les autres, sans considération pour le paysage, je suis agréablement surprise. Si jamais une telle invitation galante devait arriver, je la considèrerais avec sérieux, en me demandant avec une certaine inquiétude si j’ai les muscles abdominaux qu’il faut pour assurer…

Moi:
 « Pis? Saint-Côme? »

Pascale et sculpture sur glace à St-Côme

Pascale qui admire une sculpture sur glace à Saint-Côme

Pascale:
« Chaque année, on va à Saint-Côme pendant le festival des sculptures sur glace. On adore ça. On laisse la motoneige dans le stationnement du resto qui est accessible du sentier. On y mange toujours, c’est super bon. Puis on fait une marche digestive dans le village pour aller admirer les sculptures. Il n’y a pas d’autres événements comparables à ça dans nos circuits préférés. Alors c’est notre tradition annuelle pour ce qui est de Saint-Côme. Le village est accueillant pour les motoneigistes, avec sa station-service et son dépanneur près de la piste, en plus du resto. »

Aaah! Comme c’est romantique! Bon. Si je veux rencontrer un beau motoneigiste, en plus de mettre mes abdos en forme, j’ai compris qu’il faut fréquenter les restos en bordure des pistes. C’est déjà ça! (Soupirs…)

Moi:
« Le chemin pour s’y rendre, à quoi ça ressemble? »

Pascale:
« La variété des paysages autour de Saint-Côme est très intéressante. On voit de tout : champs, sous-bois, forêts de feuillus, de conifères. La faune est présente aussi : chevreuils, lièvres, etc. C’est un beau secteur, bien sauvage. »

Moi:
« Et pour les motoneigistes parmi nos lecteurs, comment fait-on pour se rendre à Saint-Côme? »

Pascale:
« On accède à Saint-Côme par le sentier Trans-Québec 43 ou encore par le 343 (si on arrive du nord) ou par le 349/341 (si on arrive du sud). »

Moi:
« Et de Saint-Côme, où peut-on aller? »

Pascale:
« De Saint-Côme, on a le choix! On peut repartir vers l’ouest vers Notre-Dame-de-Merci jusqu’à Saint-Donat. On peut aussi prendre vers le nord, le sentier 343 vers Saint-Zénon et Saint-Michel. De très beaux sentiers aussi. Malheureusement, c’est trop loin pour nous, dans la perspective où on aime revenir à Mandeville pour le dodo. Mais il y a plusieurs options d’hébergement à Saint-Côme pour ceux qui voudraient dormir sur place et faire une plus longue excursion. »

Moi:
« Que conseilles-tu aux motoneigistes qui ne sont jamais allés à Saint-Côme? »

Pascale:
« Communiquer avec le Club de motoneige de Saint-Côme pour connaître les conditions des sentiers. Communiquer avec le Bureau d’Accueil Touristique de la municipalité pour obtenir des informations complètes sur les commerces et les attractions. Ils sont vraiment sympathiques! Et surtout, ne pas manquer le Festival Saint-Côme en glace! Ce qu’il faut dire aussi à ceux qui ne connaissent pas Lanaudière, c’est que c’est une des plus belles régions pas trop loin de Montréal où l’on trouve de la neige en masse. Lanaudière est reconnue comme étant « le pays de la motoneige ». C’est quelque chose! »

Qui est Pascale?

Certains d’entre vous la connaissent très bien. Pascale Lapointe-Manseau est la directrice générale de la Chambre de commerce du Grand Joliette. Elle est également propriétaire du centre d’entrainement physique pour femmes bien connu : le Curves de Joliette.

Et vous? Aimez-vous aller en motoneige? Fréquentez-vous les sentiers près de Saint-Côme? Quels sont vos trajets préférés? Exprimez-vous dans les commentaires!

Marie-Jacques Rouleau
Résidente de Rawdon, blogueuse invitée par la Municipalité de Saint-Côme

Advertisements

3 Comments

  1. Cybèle

    Profites-en ma belle Pascale! Je comprends tellement ta fougue enneigée en bonne compagnie (ton Pierre). St-Côme, c’est la place de la motoneige et de la joie de vivre dans Lanaudière! ;)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s