Lune, loups et Caribou

« Ma copine de Saint-Côme ne va jamais dans la forêt le soir, car elle a peur des loups », me raconte mon amie Isabelle, avec qui je projetais de faire justement ça : aller dans la forêt à la nuit tombée, et à la pleine lune de surcroit.

C’est vrai que plusieurs personnes nous ont témoigné avoir vu des traces évidentes d’activités de loups ou de coyotes dans les sentiers entretenus par le Club de ski de fond et de raquettes les Trappeurs à Saint-Côme.

Mais moi, si j’avais été un loup, je me serais vraiment tenu à carreau ce soir-là, loin du sentier, bien planqué dans le bois. Pleine lune ou pas, 120 humains enthousiastes qui circulent en forêt, ça a de quoi garder son animal sauvage à distance, il me semble.

Promenons-nous dans les bois

Mis à part notre immense groupe de joyeux lurons, nous n’avons vu ni entendu aucune autre âme qui vive à proximité du sentier qui va du départ Gauthier à la Halte à Gérard. La forêt était calme, silencieuse, magnifique et lumineuse, en cette nuit de pleine lune dorée et sans nuages.

Quelle belle tradition, cette randonnée de groupe à la pleine lune ! Deux fois par hiver, les bénévoles du Club de ski de fond et de raquettes les Trappeurs à Saint-Côme organisent cet événement. J’y suis allée avec trois copines, et c’était notre première expérience à toutes les quatre. Malgré le froid, nous avons été totalement ravies de notre soirée.

Nuit magique

Lorsque je pars en forêt, c’est habituellement pour moi un moment tranquille et introspectif. Je reste en silence et je contemple, mes pensées, puis la nature. Le mieux, c’est quand je ne songe à rien, et que je me « contente » d’exister. Comme si je me permettais enfin de prendre des vacances de moi-même. Ahhh, ça fait du bien de s’oublier des fois. Ces moments sont une des raisons pour lesquelles j’ai quitté la ville pour venir m’installer dans Lanaudière. Y avoir accès le plus souvent possible, c’est mon grand bonheur.

Alors les excursions de groupes ne sont pas forcément mon « dada ». Je préfère en général la solitude. Mais il y quelque chose de spécial de faire ça la nuit. Même si nous étions nombreux, ce silence-là que j’aime tant était présent. Comme si nous marchions doucement pour ne pas réveiller les lutins et les fées. Sous la lune bien ronde, nous étions en plein mystère, et on le gobait à plein nos yeux et nos oreilles, sans rien se dire, ou presque.

La lune était tellement brillante que nous n’avions pas besoin de lampes frontales pour suivre le sentier. Les ombres des arbres dessinaient un magnifique contraste graphique sur le tapis blanc. Dans certaines éclaircies, on avait presque la sensation d’être en plein jour.

Scrounche scrounche scrounche…

Ce titre pourrait faire penser à un loup qui croque sa proie. Mais il fait plutôt référence au bruit de nos pas sur la neige croustillante.

Outre ce « scrounche » sympathique, on entend à l’occasion quelques murmures épars des amis qui partagent leur admiration pour l’expérience qu’ils sont en train de vivre. Comme si on traversait une église, on chuchote, avec respect.

Et alors qu’on s’approche de plus en plus de notre destination, on entend quelque chose qui sonne à répétition. C’est la cloche magique du sentier, sur laquelle les randonneurs frappent à tour de rôle. En faisant un vœu ?

À quelques mètres de la Halte à Gérard Aumont, des flambeaux nous accueillent. Et on voit la lueur du feu. Et soudain, l’ambiance devient festive. En plein milieu de la forêt, on entre ici dans le royaume humain. On se réconforte près des flammes, en sirotant un liquide réchauffant de notre choix. Et le volume des voix augmente, on socialise pour vrai.

Et glou et glou et glou

Ce soir-là, il y avait du café et du chocolat chaud pour tout le monde, offert par le Club.

Et si monsieur le loup ne s’est pas pointé le bout du nez, il y avait par contre du Caribou qui circulait autour du feu, la version liquide de la chose je veux dire…

Comme c’était l’anniversaire de quelqu’un, la traditionnelle toune « lève ton verre au front ti bus, etc. » a commencé par 2 ou 3 personnes pour se répandre tout autour du feu, une bonne gang y ont mis du leur, même en ne sachant pas à qui la fête. C’est comme ça au Québec ! On est toujours solidaire quand il s’agit de lever le coude pour célébrer quelqu’un !

Bonyeu, j’aime Saint-Côme !

C’est à la Halte à Gérard que j’ai fait plus ample connaissance avec les bénévoles du Club de ski de fond et de raquettes les Trappeurs. Diane et Jacques, le couple présidente/vice-président, puis Harris, Richard et Alain. Richard et Harris, qu’on surnomme affectueusement les « escortes », nous ont accueillis au stationnement des Amis de Marie au départ Gauthier, et ils ont guidé le groupe à destination. Diane, Jacques et Alain nous attendaient à la Halte à Gérard. Ils y étaient quelques heures avant tout le monde, pour faire le feu et préparer les breuvages.

Ils sont une dizaine à travailler chaque année pour entretenir les sentiers et organiser des activités comme cette randonnée à la pleine lune. Le Club de ski de fond existe depuis 1977. Depuis 5 ans, les clubs de ski de fond et de raquettes ont été fusionnés. C’est tout dire sur l’engagement des gens de Saint-Côme envers leur communauté.

Le Club est financé en majeure partie par la Municipalité, mais aussi, dans une plus humble mesure, par la Caisse Desjardins et le député André Villeneuve. L’argent permet au Club d’améliorer les installations chaque année, et d’offrir les « p’tits boires » gratuitement aux randonneurs lors des activités.

« C’est qui ça Gérard ? », que je demande à Diane, présidente du Club. « C’était le propriétaire d’une des terres ici autrefois, c’est lui, avec son frère Lionel, qui a défriché les premiers sentiers. Il est maintenant décédé depuis quelques années. C’était un homme respecté et aimé de tous. » De me répondre Diane. « C’est qui, tous les noms qu’on voit écrits sur les bancs un peu partout ? » – « Ce sont les prénoms des bénévoles qui ont participé autrefois à l’entretien des sentiers. Chacun a son banc. Quand il y en a un qui décède, on rajoute son nom de famille. »

C’est pour ce genre d’attention, entre autres choses, que j’aime Saint-Côme. Un village qui se tient, qui reconnaît son monde et en prend soin.

Saint-Côme, trésor recherché

« Nos sentiers sont fréquentés par bien plus que les habitants de Saint-Côme ! me raconte fièrement Jacques. Des gens de Repentigny, Boucherville, et même « des Europes » (comme on dit ici !) y viennent souvent. Beaucoup de villégiateurs des grands centres visitent Saint-Côme les fins de semaine. Nos tracés sont beaux et gratuits, alors ils sont très appréciés. Je connais un groupe de motoneigistes en provenance du Saguenay qui vient chaque année. Les hommes vont en motoneige pendant que les femmes font de la raquette ici. Chacun y trouve son plaisir ! »

Prochaines activités à ne pas manquer

Si mon petit texte vous a rendu triste parce que vous avez manqué cette activité, séchez vos larmes tout de suite ! Il y aura une autre randonnée à la pleine lune le 20 février prochain !

Et si vous êtes comme la copine de mon amie Isabelle, et avez trop peur du grand méchant loup pour vous aventurer dans la forêt le soir, il y aura un dîner aux hotdogs le 6 février à la Halte à Gérard, dans le cadre du Festival Saint-Côme en Glace. Une belle occasion de socialiser et découvrir les sentiers gratuits de Saint-Côme si vous ne les connaissez pas. Les chiens chauds et les rafraichissements seront une gracieuseté du Marché Tradition Saint-Côme. Si vous y allez, saluez les bénévoles de ma part !

Sur ce, je vous souhaite de belles et bonnes randonnées !

 

Marie-Jacques Rouleau
Résidente de Rawdon, blogueuse invitée par la Municipalité de Saint-Côme

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s